Le patient partenaire : un tandem gagnant

Pendant longtemps, le patient – celui qui recevait des soins – ne pouvait jouer qu’un rôle passif, acceptant sans discussion les soins qui lui étaient fournis et suivant à la lettre les consignes du personnel soignant. Ça se passait ainsi ici, au Québec, comme ailleurs dans le monde. La Révolution tranquille des années 1960 a fait jaillir les premiers soubresauts d’une émancipation : le patient voulait dès lors savoir, obtenir des informations sur ce qui se passait autour de lui.